15ème Paris-Brest-Paris Audax – session août 2011

Michel, Thierry, Alain et les 38 autres cyclos sont partis  le dimanche 7 août, à 22h00, de Montigny le Bretonneux, sous la pluie et avec un vent contraire!

La première étape dantesque, de 445 km, sera donc sous le signe des averses et du vent durant les 250 premiers kilomètres, jusqu’au repas du lundi midi, à Domfront.  Le vent accompagnera les cyclos sur le reste du parcours qui les mènera à Saint Brieuc, pour y passer leur première nuit de repos. Lors du dîner, les Sapeurs Pompiers ont du intervenir pour des malaises provoqués par l’état de fatigue des rescapés de cette étape. Le seul tandem de cette session, piloté par un couple danois, abandonnera après le petit-déjeuner de Sees; l’éclatement d’un pneu et la météo auront énormément pesé dans cette décision.

Ils seront moins nombreux à repartir le mardi matin, pour effectuer les 316 km de l’aller-retour qui les mènera déjeuner à Brest. La pluie ne s’est pas invitée à cette journée et le vent est devenu favorable au départ de Brest pour  le retour sur Saint Brieuc. Du fait d’une météo plus clémente, les paysages de la Bretagne ont pu être appréciés et la longue montée du Roc-Trévezel a fait moins mal! Le temps de repos de cette seconde nuit  fut plus long que celui de la précédente nuit, environ 7h00. Certains passeront cette nuit sur la route car ils n’étaient pas à l’heure au départ du matin !!!!

Le mercredi, toujours moins nombreux au départ, ils rejoindront, après 282 km, Mortagne au Perche pour y passer la dernière et plus longue nuit de ce périple, environ 7h15 de repos. Le temps clément a permis de passer de la Bretagne à la Normandie sans trop de problèmes autres que le manque de sommeil et la fatigue qui en découle ainsi que le cumul de temps de selle. Les bosses, avec un ou deux chevrons Michelin ( > / >> ), sont nombreuse dans la région de Mortagne et elles feront mal!

Le jeudi, dernière matinée à passer sur la selle, ils effectueront cette dernière ligne droite sous le soleil, malgré un matin frisquet. Les 70 premiers kilomètres, au départ de Mortagne au Perche, seront aussi pentus que la veille lors de l’arrivée sur cette région vallonnée. Après 161 km, ils rejoindront Montigny le Bretonneux où les attendaient une bonne douche et un  un bon repas suivis du repos tant attendu par toutes et tous!

L’analyse de ce brevet faite à chaud par nos trois cyclos se résume à:

– stress permanent aux arrêts qui paraissent très courts et pas le temps de se reposer pour récupérer

– les temps de sommeil passent trop vite, nuits trop courtes

– par contre, le temps passé sur la selle n’a jamais paru court!!!!

– pour ceux qui connaissent ce brevet, les coups de sifflet deviennent rapidement insupportables!

Sinon, l’accueil, aux divers arrêts repas, n’a jamais était pris en défaut. Les clubs de Sees, Boncourt et Belle Isle en Terre leur ont réservé un accueil particulier qu’ils n’oublieront pas. Les accompagnateurs se sont mis au diapason pour accompagner, dans les meilleurs conditions possibles, les participants à ce brevet: qu’ils en soient, ici, remercier et plus particulièrement  Bruno, le jeune Président de l’UAF, Phillipe et René du véhicule technique, Jacques, le photographe souriant, ainsi que le kiné-masseur qui ont donné de leur temps de repos pour réparer, masser, réconforter, remonter le moral, éloignant ainsi les envies d’abandon!!!

Dominique Lamouller, Président de la Fédération Française de Cyclotourisme, a dit ne pas se souvenir d’un Paris-Brest-Paris Audax fait avec de si mauvaises conditions météorologiques et le compare au Paris-Brest-Paris Randonneur de 2007 qui reste dans la mémoire de ceux qui  y étaient!

Bruno Danielzik, Président de l’Union des Audax Français, annonce un taux de réussite de 68.30 %, l’un des quatre taux les plus faibles depuis 1931!

Pour mémoire, 1931 : 35,8 % de réussite – 1948 : 67,7 % – 1ère session de 1976 : 67 %

Le secrétaire-webmestre

Le secrétaire-webmestre

 

 

 

Laisser un commentaire

*